Chaude mature enculée par le voisin

En prenant le virage à droite vers la maison de mon enfance, j’ai pu constater que l’ancien quartier n’avait pas beaucoup changé, même si c’était le cas. Ma vie sociale lorsque j’étais à l’université était très différente de celle que je menais en dernière année de lycée. J’avais été très apprécié, mais pas populaire et je n’aurais certainement jamais été élu roi du Homecoming. Quand je suis parti à l’université, j’étais juste le gentil garçon moyen qui vivait dans la rue. Mais j’espérais m’amuser un peu plus cette année, car mes parents étaient partis à la maison de la plage pour l’été, me laissant une garçonnière de quatre chambres à coucher pour moi tout seul.

Aujourd’hui, je ne suis pas du tout devenu Brad Pitt pendant mes études universitaires. Mais j’ai eu dix-huit ans en première année, ce qui signifie que j’étais légalement assez âgé pour boire, et j’ai pris quinze livres et trois pouces pendant mon absence à l’école. Entre-temps, j’ai appris à me faire de nouveaux styles et je suis passé de l’homme moyen à, oserais-je dire, un homme assez beau. Pourtant, même si je venais d’obtenir mon diplôme avec mention, je n’avais pas de petite amie stable alors que je rentrais chez moi pour commencer ma carrière et que j’attendais avec impatience d’avoir le nouveau et meilleur en ville avec mes amis du lycée.

Alors que j’approchais de ma maison, deux de mes voisins m’ont fait signe en passant. M. Edwards était en train de tondre sa pelouse, M. ONeal recevait son courrier et Mme Raymond s’arrêtait dans son allée. Alors que nous sortions tous les deux de la voiture en même temps, elle m’a fait signe et m’a montré un grand sourire.

Elle a crié “Bienvenue à la maison”. Comment s’est passée l’université cette année

Bonjour, Mme Raymond. C’était très amusant, et j’ai eu mon diplôme aussi, je plaisantais. J’ai déjà une offre d’emploi du collège ici en ville.

Mme Raymond s’est mise à rire, m’a fait signe et s’est dirigée vers sa porte d’entrée, se retournant pour me faire un sourire ironique avant de disparaître dans la maison. Je ne l’avais pas vue depuis deux ans, mais elle était toujours aussi séduisante que lorsque je suis parti à l’université. M. et Mme Raymond avaient emménagé dans la maison d’en face quand j’étais en septième année et c’était, de loin, la dame la plus séduisante du quartier. Elle mesurait environ 1,80 m, avait de longs cheveux auburn et de beaux yeux verts.

Malheureusement, elle était aussi mariée au plus gros cul du quartier. Un été, j’ai frappé une balle de baseball dans leur cour, près de la porte d’entrée. M. Raymond est sorti de la maison et a ramassé la balle. Pensant qu’il allait me la renvoyer, j’ai souri et j’ai agité mon gant. Au lieu de cela, il m’a fixé du regard et est retourné à l’intérieur de la maison. Je n’ai plus jamais revu cette balle de base-ball.

Les premiers jours de vacances d’été se sont déroulés sans incident. J’ai fait un peu de golf, j’ai rattrapé quelques copains de lycée et, en général, je n’ai rien fait. En dormant un matin, j’ai cru entendre frapper à la porte d’entrée. Alors que je me battais pour me réveiller de mon sommeil bien mérité, j’ai attendu que quelqu’un vienne frapper à la porte.

J’ai pensé, en me souvenant, que mes parents étaient à 250 miles de là cet été.

En espérant que celui qui me dérangeait dans mon sommeil s’en irait, j’ai ignoré l’interruption, mais quelqu’un était bien décidé à me réveiller tôt. Je suis sorti du lit en titubant, en essayant de trouver un short pour pouvoir répondre à la porte. Les coups ont continué et comme je ne trouvais rien dans mon brouillard de sommeil, je suis sorti de ma chambre en portant un t-shirt et un caleçon. En ouvrant la porte, j’ai été surpris de voir Mme Raymond se tenir là.

Oh, Doug, elle bégayait. Je suis vraiment désolée, je t’ai réveillé

Non, j’étais déjà debout, j’ai menti. Est-ce que tout va bien

Oh oui, tout va bien, a-t-elle poursuivi. J’ai remarqué qu’elle a jeté un regard pas très rapide vers le bas et je me suis soudain souvenu de ce que je portais.

Je suis désolé, Mme Raymond, j’ai dit gêné. Je n’ai pas encore beaucoup déballé et je n’ai rien trouvé à mettre. J’ai pensé que vous étiez peut-être le gars d’UPS qui apportait les CD que j’avais commandés.

Je pouvais presque sentir son regard transpercer la matière légère de mes caleçons. En me regardant subtilement, j’étais heureux que la façade facile à ouvrir soit encore fermée. Pourtant, une réaction perceptible se produisait sous le tissu.

Ne t’en fais pas, Doug, a-t-elle poursuivi. Je me demandais simplement si vous seriez intéressé de tondre ma pelouse pour moi. Je suis prête à payer vingt dollars.

Bien sûr, ai-je dit, penser que vingt dollars à un diplômé affamé n’est pas qu’une petite monnaie. Est-ce que M. Raymond est encore absent

Oh, vous n’avez pas entendu, dit-elle avec ce qui semblait être une surprise. Nous nous sommes séparés l’automne dernier après que tu sois parti à l’université et que tu aies divorcé. Ça n’a pas fonctionné.

Je suis désolée, je n’en avais aucune idée, j’ai dit légèrement gênée. Je suis surpris que ma mère ne m’ait rien dit.

Eh bien, je n’ai pas vraiment annoncé que nous nous séparions, tu sais, elle a continué. D’ailleurs, tu n’as pas à t’excuser. Toi et moi savons que c’était un connard. Il a juste trouvé quelqu’un qui était plus, plus compatible, je suppose.

Oui, si compatible signifie quelqu’un d’aussi égocentrique et arrogant que lui, je lui ai répondu.

Mme Raymond a souri sans enthousiasme, me faisant croire que je venais de dire quelque chose que je n’aurais pas dû.

Eh bien, je serais heureux de vous aider, ai-je dit, en essayant de changer rapidement de sujet. J’ai deux ou trois choses à faire ce matin, mais je peux venir cet après-midi, si cela vous convient.

Oh, c’est bon, a-t-elle répondu. J’ai pris la journée pour faire quelques choses moi-même et je serai de retour vers midi. Passez me voir quand vous voulez après ça.

Alors qu’elle s’éloignait, je l’ai regardée traverser la rue. Sa robe en coton coulait dans la brise, se soulevant de plus en plus légèrement pour révéler une belle paire de jambes bronzées. Comme je sentais l’agitation continuer dans mon caleçon, je me suis dit de me calmer. Après tout, elle est juste venue me demander de tondre sa pelouse et ce genre de fantasmes n’arrivent pas à des gars comme moi.

Après avoir fini mes courses et avoir déjeuné, je suis allé chez Mme Raymond où j’ai trouvé une note sur la porte d’entrée :

Doug,

Je suis derrière sur le patio. Passez le portail quand vous arrivez et je vous montrerai où se trouve la tondeuse.

Merci, Deb.

En me promenant derrière, j’ai vu une nouvelle clôture de protection de la vie privée que M. Raymond a dû installer pendant mon absence. J’ai déverrouillé le portail et me suis dirigé vers le patio.

Bon sang, pensais-je en tournant le coin.

Mme Raymond était bien sur le patio, comme elle l’avait dit dans le mot. Ce qu’elle n’a pas mentionné, c’est qu’elle prenait un bain de soleil. Allongée sur une chaise longue, Mme Raymond portait un bikini jaune vif qui couvrait à peine sa belle silhouette bronzée.

Bonjour Doug, merci d’être venu, dit-elle en s’approchant du patio. J’apprécie vraiment votre aide. La tondeuse et le bidon d’essence sont dans la remise là-bas.

J’étais encore impressionné par la beauté spectaculaire que j’ai découverte à l’arrière et je n’ai entendu qu’une partie de ce qu’elle m’avait dit.

Oh, euh, ce n’est pas un problème Mme Raymond, je bégayais, revenant momentanément à l’aînée maladroite que je pensais avoir laissée derrière moi.

Et Doug, continua-t-elle, je ne suis plus Mme Raymond. Appelez-moi Deb, s’il vous plaît.

J’ai souri et je me suis dirigée vers la remise, mais pas avant d’avoir jeté un dernier regard à la déesse au manteau jaune sur le patio. J’ai trouvé la tondeuse et je l’ai sortie de la remise. Elle semblait n’avoir pas été utilisée depuis des années et il a fallu quelques essais avant que le moteur ne démarre. Lorsque j’ai commencé à travailler dans le jardin, Deb a incliné sa chaise et mis des écouteurs pour que la tondeuse ne perturbe pas sa séance de bronzage.

À chaque passage dans la cour, je faisais de mon mieux pour apercevoir subtilement Deb allongée. Elle avait mis ses lunettes de soleil, teintées juste assez pour que je ne puisse pas voir ses yeux et me laissant me demander si j’étais assez subtil avec mes regards.

Après une vingtaine de minutes de tonte, et tout en gardant un œil sur Deb, j’ai remarqué qu’elle avait maintenant un léger sourire sur le visage et que sa position avait changé. Je ne sais pas si elle essayait consciemment de me faire partir ou quoi, mais elle était maintenant allongée là, les jambes écartées de chaque côté de la chaise longue. Le bas de bikini jaune, à peine visible, n’a fait qu’ajouter à la chaleur de l’après-midi du milieu de l’été.

À ce moment précis, le moteur est mort. Dans mon excitation de voir Deb étendue sur le patio, j’avais oublié de faire le plein de la tondeuse.

Deb, j’ai appelé, as-tu dit que le bidon d’essence était aussi dans la remise

Oui, chérie, a-t-elle répondu. Ih est sur l’étagère du haut.

Comme si mon imagination débordante n’était pas déjà assez débordante, la femme mature la plus sexy du quartier vient de m’appeler “chérie”. Je me suis plongé dans la remise où j’ai vu le bec du bidon de gaz juste là où elle m’avait dit qu’il serait.

Oh, merde, j’ai crié. En essayant de prendre le gaz sur l’étagère du haut, je n’ai pas du tout vu le petit bidon de peinture jaune qui se trouvait devant. Bien sûr, le couvercle n’était pas bien fixé et je suis resté là, fumant, à faire couler de la peinture sur le sol de la remise.

J’ai entendu Deb courir vers le hangar. Embarrassé, je suis sorti de la porte et j’ai vu son visage s’illuminer dans un mélange de choc et d’amusement.

Oh mon Dieu, elle s’est effondrée, faisant de son mieux pour ne pas glousser devant le désordre qui se trouvait devant elle. Est-ce que ça va ?

Je suppose que c’était la combinaison de la chaleur de l’après-midi et du fait qu’elle a couru vers le hangar quand j’ai crié, mais Deb respirait maintenant fortement, ses seins se soulevaient. Je n’avais jamais vu la sueur aussi bien sur une personne avant. Son haut de bikini jaune n’aidait en rien à cacher le fait que ses tétons étaient en érection, une vue qui ne faisait que rendre la situation actuelle encore plus intéressante.

Je vais bien, Deb, sauf pour la couche de peinture que j’ai décidé d’essayer, j’ai répondu avec un peu de sarcasme.

À ce moment-là, l’amusement de ma situation l’a emporté sur le choc et elle s’est mise à rire.

Pourquoi ne vas-tu pas à l’intérieur pour te nettoyer ? Tu peux utiliser la douche de la chambre principale, il suffit de descendre le couloir et de tourner à gauche, dit Deb. Laissez vos vêtements sur le panier à linge devant la porte et je les laverai pour vous.

J’ai marché lentement vers la maison, mais cette fois je n’ai pas regardé en arrière. Je me sentais comme un con, debout, enduit de peinture jaune devant Deb. Elle avait l’air si chaude dans la remise, en sueur, avec ses tétons en érection qui me regardaient en face.

En entrant dans la salle de bains, j’ai commencé à me déshabiller, en essayant de ne pas trop salir. J’ai pris la douche et j’ai ouvert l’eau. Deb avait une de ces douches de plain-pied avec le verre ondulé que l’on trouve dans les beaux hôtels. J’ai jeté un coup d’œil à l’extérieur de la porte et j’ai posé mon t-shirt et mon short, maintenant jaunes, sur le panier à linge, comme Deb l’avait dit.

Je suis entré dans la douche et j’ai fermé la porte coulissante en verre. Même si l’après-midi a été très chaud, l’eau chaude m’a fait du bien en me tapant sur les épaules. Alors que je regardais en bas, la peinture se mélangeait à l’eau, laissant une légère traînée jaune qui s’écoulait dans l’égout. Dieu merci, c’était une peinture soluble dans l’eau et non une teinture pour bois ou autre chose qui n’aurait pas pu se rincer aussi facilement.

En réfléchissant aux événements de la journée, une chose n’a pas cessé de ressortir. C’était Deb. En pensant à son apparence, assise sur le patio en bikini et dans la remise, j’ai eu une érection en un rien de temps. En voyant une lotion corporelle dans le bac à douche, je me suis demandé si je devais prendre soin de mon envie à ce moment-là ou si je devais simplement attendre de rentrer à la maison.

Mmmm, je me suis mis à gémir en frottant la lotion sur ma queue.

Je suppose que la décision avait été prise car il n’y avait plus de retour en arrière maintenant. L’eau chaude me massant le dos, j’ai commencé à me caresser lentement. J’imaginais Deb dans toute sa gloire mature, des petits bouts de tissu jaune s’étirant pour régner dans ses seins bronzés et garder sa chatte cachée à la vue.

Lorsque les images mentales ont commencé à faire leur travail, je me suis pompé de plus en plus vite. Très vite, j’ai pu ressentir cette merveilleuse sensation au plus profond de moi lorsque mon pénis a commencé à gonfler dans ma main. En me tournant vers la vitre, je me suis mis à travailler jusqu’à ce que j’atteigne le point de rupture. Deux vapeurs de sperme ont explosé et ont éclaboussé le verre, qui a lentement coulé le long du mur en se mélangeant à l’eau. Je suis venu si fort que j’ai dû m’accrocher au porte-serviettes de la douche pour ne pas perdre l’équilibre. Reprenant mes esprits et retrouvant mon gant de toilette, j’ai rapidement essuyé la porte vitrée et rincé toute trace de mon indiscrétion dans l’égout.

En enroulant la serviette autour de moi et en ouvrant la porte de la douche, j’ai été stupéfait de voir Deb se tenir sur le seuil de la porte avec le même sourire sournois qu’elle m’avait salué il y a quelques jours.

Alors, as-tu apprécié ta douche, m’a-t-elle demandé. Parce que d’ici, on aurait dit que tu l’avais appréciée.

Merde, je me suis exclamé. Je suis vraiment désolé. Je ne sais pas quoi dire.

J’étais là, trempée et je ne portais qu’une serviette, je venais d’être littéralement prise en flagrant délit. Alors que je ne pouvais rien faire pour cacher ma gêne, Deb a souri et a commencé à marcher vers moi.

J’ai aimé te voir jouir dans ma douche, dit-elle d’un ton direct. Je t’ai regardé plus tôt dans la journée, en train de tondre ma pelouse. Tu as vraiment grandi depuis la dernière fois que je t’ai vu.

Eh bien, je suppose que je ne suis plus le même enfant maigre que j’étais au lycée, ai-je répondu.

Je peux le voir, a dit Deb, en regardant ma serviette.

Alors qu’elle se rapprochait encore, j’ai pensé que je pouvais sentir ce merveilleux parfum qui trahissait une femme mature devenue excitée. Deb était magnifique dans la salle de bains encore chaude et mon esprit s’est remis à courir alors que je me demandais ce que j’allais faire ensuite.

Eh bien, je suppose que je devrais y aller, ai-je dit d’une voix encore embarrassée. Je suis vraiment désolé.

Non, je ne pense pas que vous allez partir tout de suite, dit-elle avec suffisance. En fait, je pense que vous allez rester ici encore un bon moment. Avez-vous un endroit où vous devez être

Hum, non, j’ai bégayé.

Deb a fait un pas de plus vers moi, éliminant la distance de sécurité que j’espérais me protéger de la fureur féminine que j’avais gagnée. Elle s’est arrêtée à environ deux pieds devant moi et a tendu la main autour de son dos. Avec l’habileté d’un magicien, elle a relâché le fermoir de son haut de bikini, le laissant tomber au sol. Se tenant torse nu devant moi, ses seins bronzés étaient magnifiques. J’avais souvent fantasmé sur Deb, mais même mon imagination n’était pas comparable à ce que je voyais maintenant. Ses mamelons épais étaient dressés, dépassant d’une grande aréole brune de près d’un demi-dollar en taille et en forme. Surprenant même moi-même, je me suis avancé avec audace et j’ai embrassé Deb. Lentement. Passionnément. Nos langues se sont entrelacées avec une telle douceur qu’elle a pressé son corps contre le mien. J’ai fait courir mes doigts lentement dans son dos, mon toucher si léger qu’il lui a fait frissonner et m’a embrassé encore plus profondément. J’ai fait glisser mes mains lentement le long de ses côtés, en frôlant doucement ses seins tout en me dirigeant vers ses hanches.

Lorsque j’ai atteint le bas de son bikini, j’ai senti son souffle chaud alors que j’embrassais doucement son cou. En me mettant derrière elle, j’ai passé mes mains sur le dernier morceau de tissu qui la couvrait. Un léger gémissement s’est échappé de Deb alors que je tirais ses hanches vers les miennes. Comme si nous étions en train de danser, nous nous sommes tenus corps à corps dans un silence complet, à l’exception des bruits d’anticipation qui venaient de nous deux. J’ai baissé la bouche vers sa poitrine alors qu’elle tremblait d’impatience. Son mamelon en érection glissa entre mes lèvres alors que je commençais à sucer tout doucement. Alors que ma langue passait légèrement sur le bout, Deb a levé la main et a commencé à tirer sur son autre mamelon. J’ai sucé un peu plus fort et elle m’a égalé en tirant encore plus fort sur son téton, ce qui l’a fait gémir.

En me levant et en l’embrassant doucement sur les lèvres, ma main s’est penchée et a décroché le fermoir latéral de son bikini. Le bas jaune a glissé le long de ses jambes jusqu’au sol alors que je regardais dans ses yeux vert émeraude et lui souriait de façon rassurante. Puis, lentement, j’ai recommencé à l’embrasser, en commençant par son cou, en me dirigeant vers son épaule et en continuant à descendre son corps magnifique. Un doux passage sur ses seins m’a conduit à son abdomen, où un autre baiser l’a fait reculer de plaisir. J’ai continué ma descente en faisant courir ma langue le long des plis intérieurs entre ses cuisses et sa chatte, lissée et maintenant brillante dans la lumière de la pièce. Deb gémissait d’avance, espérant la suite. Elle me prit doucement la main et me conduisit jusqu’au comptoir de la salle de bains, où elle s’approcha et tamisa la lumière de la salle de bains.

C’était comme si nous étions au clair de lune, érotiquement sombre et pourtant brillamment révélateur. Deb a reculé jusqu’au comptoir et je lui ai souri affectueusement, la soulevant comme une déesse de la porcelaine et la déposant tout aussi doucement. En même temps, j’ai remarqué qu’elle portait toujours sa bague en diamant. Connaissant les questions qui doivent me traverser l’esprit, Deb m’a donné une expression que je n’avais pas encore vue d’elle. Quelle que soit la réponse, j’ai doucement porté sa main à mes lèvres, embrassant les bouts avant de glisser mes lèvres sur son annulaire, en suçant tout doucement. Deb a fermé les yeux et a souri, une seule larme tombant de ses yeux émeraude qui ne laissait aucun doute quant à la réponse à ma question.

Ses yeux sont restés fermés alors qu’elle posait ses deux pieds sur le comptoir, m’exposant ce que je n’avais imaginé que dans mes fantasmes. Sa chatte était lisse et soyeuse, son parfum remplissait la pièce. Alors que je me penchais pour goûter à sa douceur, elle a ouvert les yeux et a posé sa main à l’arrière de ma tête, me guidant vers notre destination commune. Avec son approbation, j’ai doucement tracé ma langue autour des minces plis de sa chatte. Son ouverture était svelte, serrée pour une milf de son âge. Ma langue a continué à la taquiner, allant de bas en haut, et de nouveau en arrière. Deb s’est penchée à deux mains et a écarté ses lèvres, son désir de sentir ma langue en elle étant maintenant évident.

Je me suis levé et j’ai passé ma langue sur son clitoris maintenant exposé. Elle a sauté au toucher, à la fois électrique et relaxante. J’ai pressé ma langue contre son clitoris alors qu’elle poussait ses hanches vers moi. J’ai commencé à sucer son clitoris, en espérant lui faire ressentir quelque chose qui semblait lui manquer depuis longtemps. Mais aussi excitée qu’elle soit, Deb a doucement repoussé ma tête.

A l’intérieur, elle chuchota doucement. Je veux le sentir en moi.

Ses mains douces sont redescendues pour écarter à nouveau sa chatte alors que je commençais lentement à pénétrer son humidité avec ma langue. Deb a commencé à gémir plus fort maintenant qu’elle a lâché une main et l’a remise sur ma tête. J’ai commencé à utiliser ma langue avec plus de force maintenant, en suivant son exemple. Le mouvement à l’intérieur d’elle lui faisait presser ses hanches contre mon visage. Avec la pression des deux côtés, je savais qu’il était temps de relâcher tout ce qu’elle avait gardé à l’intérieur pendant je ne sais combien de temps.

J’ai commencé lentement, en insérant et en retirant ma langue de sa chatte. Lentement, en rythme et en vitesse, j’ai commencé à baiser sa chatte avec ma langue jusqu’à ce que je sente qu’elle commençait à frémir. Elle a tenu ma tête fermement en place lorsque son orgasme a commencé. Alors que Deb se recroquevillait en extase, je sentais ses muscles se contracter autour de ma langue. Son humidité a commencé à couler sur mon menton et j’ai enfoncé ma bouche dans sa chatte trempée une dernière fois. Cela m’a semblé une éternité avant que Deb ne reprenne son souffle alors qu’une seconde vague de plaisir déferlait sur son corps. Et avec cette libération finale du plus profond d’elle-même, les larmes ont commencé à couler lorsque j’ai réalisé ce qui lui manquait… quelqu’un qui se souciait d’elle.

Deb a lentement glissé du comptoir et s’est dirigée vers la douche, où elle a rallumé l’eau une fois de plus. En entrant dans la douche, je ne savais pas si elle voulait être seule après la réaction émotionnelle dans laquelle je l’avais plongée. J’étais sur le point de me retourner et de partir lorsqu’elle m’a fait un geste silencieux pour que je la rejoigne. Étonnamment, je portais toujours la serviette que j’avais mise plus tôt. En me dirigeant vers la douche, j’ai légèrement tiré sur la serviette et l’ai libérée de son emprise sur moi.

Deb a fermé la porte de la douche et s’est tournée vers moi. Les larmes dans ses yeux avaient été remplacées par un scintillement étoilé provenant de la lumière tamisée de la salle de bain. Alors que nous nous tenions nus ensemble, l’eau chaude pulsait sur nos corps.

Je n’avais pas ressenti cela depuis longtemps, a révélé Deb. Je vous remercie.

De rien, c’est tout ce que je pouvais dire.

Alors que nous nous tenions l’un contre l’autre, Deb s’est penchée et a senti ma bite pour la première fois. Après avoir été concentré sur son plaisir pendant si longtemps, ma virilité était revenue à sa taille normale. Avec mon bâton à la main, elle a commencé à frotter mon bout le long des plis de sa chaude chatte mature. C’était tout l’encouragement dont j’avais besoin. Ma bite s’est immédiatement raidie dans sa tendre emprise alors qu’elle continuait à nous taquiner tous les deux. À chaque passage de sa chatte de milf, je remarquais que Deb avait commencé très lentement à tirer le bout de ma bite plus loin dans ses lèvres. J’étais juste assez profond maintenant pour que lorsqu’elle relâchait sa prise, sa chatte de cougar me tenait bien en place.

Je n’étais pas sûr si j’étais en train de la presser, ou vice versa, mais quand Deb a posé son pied sur le rebord de la douche, peu importait qui prenait la tête. J’ai avancé jusqu’à ce que ma tige rigide soit prête à faire passer cette rencontre au niveau supérieur. Avec une légère poussée, sa chatte s’est ouverte et m’a emmené au plus profond de moi. Alors que sa chatte mature chaude m’enveloppait complètement, elle m’a tiré tout près et m’a embrassé. Nous nous tenions là, connectés de la manière la plus érotique possible, inconscients de l’eau qui coulait sur nous. Elle semblait apprécier la sensation de moi au fond d’elle, ne bougeant pas, mais comblant simplement un vide qui se faisait attendre depuis longtemps. Au fur et à mesure que mon excitation grandissait, je commençais à faire glisser ma bite de façon rythmée, en commençant ce que j’espérais être une rencontre que je n’oublierais jamais.

Puis, Deb a lentement levé ses hanches et s’est glissée hors de moi.

Baise-moi, Doug, elle a grogné. Je veux que tu me baises fort.

Elle s’est retournée et a changé le réglage de la douche, qui émettait maintenant une brume aussi fine qu’un brouillard de soirée. Maintenant, tournée vers l’extérieur, Deb s’est penchée en avant et a posé ses mains sur le mur de la douche. Elle a ensuite lentement fait un pas en arrière avec un pied puis l’autre, jusqu’à ce que son cul ferme et sa chatte mature rasée soient pointés vers le haut dans une exhibition de sexualité que je n’avais jamais rencontrée auparavant.

Alors qu’elle me regardait par-dessus son épaule, le regard de séduction sur son visage suffisait à rendre n’importe quel homme faible dans les genoux et je n’avais aucun doute sur celui qui contrôlait maintenant la situation.

Je veux vous sentir maintenant. Je veux cette bite dure en moi, exigeait-elle. Baise-moi comme tu n’as jamais baisé une autre femme cougar de ta vie.

J’ai avancé, en forçant mon pénis à passer devant ses lèvres de chatte de milf et à entrer en elle comme elle le voulait.

Oh putain, s’exclama-t-elle. C’est ce que je voulais. Donne-le moi d’un seul coup.

Il n’y avait rien qui allait être fait lentement ou doucement cette fois. Elle voulait être baisée et j’allais certainement honorer sa demande. J’ai commencé à me mettre dans sa chatte lisse. De plus en plus fort, jusqu’à ce qu’on puisse presque garder le temps au rythme que nous produisions quand la peau nue était giflée. J’ai attrapé ses hanches et je l’ai ramenée de force dans ma bite, en espérant remplir chaque centimètre de chatte mature qu’elle possédait. À chaque poussée de ma bite, Deb semblait grogner avec un niveau de sexualité animale que je n’avais jamais entendu auparavant. J’ai commencé à ressentir cette tension familière de son être intérieur, mais cette fois-ci, elle était autour de quelque chose qu’aucun de nous n’aurait jamais pu imaginer. Comme si elle me massait du plus profond de son corps, les serrages et les relâchements répétés de sa chatte de cougar m’ont rapidement amené au bord du gouffre.

Je veux que tu jouisses en moi. Tirez profondément. Je veux te sentir jouir, dit-elle sur un ton qui respire à la fois l’agressivité et l’anticipation.

Je continuai à la frapper par derrière pendant quelques secondes encore, jusqu’à ce que le vide qui entourait ma bite extraie sa récompense désirée. Ma bite explosa violemment en elle, jet après jet de sperme jaillissant de ce qui semblait être le fond de mon âme. Alors que j’arrivais, Deb s’est repliée, s’assurant que je n’avais pas d’échappatoire et que tout ce que j’avais à donner était gardé au fond d’elle.

Lorsque les derniers spasmes de mon propre orgasme se sont calmés, j’ai tendu la main pour m’accrocher au porte-serviettes de peur de tomber d’épuisement. Deb s’est lentement retournée, me faisant le même sourire qu’elle avait affiché lorsque je suis arrivé dans mon allée. Elle m’a embrassé doucement et est sortie de la douche.

Je vais m’habiller maintenant. Tes vêtements sont sur le panier à linge dans le hall, a-t-elle déclaré.

En m’habillant, je me suis demandé si c’était une invitation à rester ou une demande de départ. J’ai éteint la lumière de la salle de bain et je suis revenue dans la maison sans être sûre de rien. Deb s’était également habillée, mais cette fois-ci, elle portait une robe d’été rose et non le bikini jaune.

Doug, il y a des choses dont nous devons parler, dit-elle doucement.

Eh bien, c’est ça, je me suis dit. C’était le moment où j’allais me mettre à l’ancienne : c’était une erreur et ça ne peut plus se reproduire. Je me suis préparé à affronter le discours de remerciement et d’adieu avec la force qu’il me restait après notre rencontre.

Tu m’as fait ressentir quelque chose que je n’avais pas ressenti depuis très, très longtemps, a révélé Deb. Je ne peux pas l’expliquer et je ne veux vraiment pas en trouver les raisons, mais tout ce que nous avons fait ce soir m’a semblé juste.

J’ai été stupéfait. Ce n’était pas la conversation à laquelle je m’étais préparé et je suis resté là en silence pendant qu’elle continuait.

Je ne sais pas ce que vous ressentez pour moi maintenant, ou ce que vous ressentirez demain après avoir eu l’occasion de réfléchir à ce qui vient de se passer, mais je veux que vous sachiez que je considère cela comme tout sauf une aventure unique.

J’essayais de trouver une bonne réponse, en fait n’importe quelle réponse, car ses paroles résonnaient dans mon esprit. Il y a eu une longue pause avant que je ne commence à répondre à ce scénario imprévu.

En ce moment, je ne sais honnêtement pas quoi penser de ce qui s’est passé, lui ai-je répondu.

En entendant mes mots, la confiance que cette femme étonnante avait affichée sous la douche avait été remplacée par un regard de résignation presque identique à celui auquel je m’étais préparé quelques minutes plus tôt.

Mais, ai-je poursuivi, je sais que nous avons tout l’été pour comprendre cela. Ensemble.

Que ce soit dans la chaleur du moment ou s’il s’agissait vraiment de quelque chose de plus qu’une passion débridée, mes paroles étaient honnêtes et venaient du cœur. J’étais prêt à prendre le temps d’explorer le chemin que nous avons commencé cet après-midi.

Deb a souri, comme si elle était soulagée qu’un autre homme ne l’ait pas considérée comme indigne de son amour et de sa compagnie.

Aimeriez-vous rester pour le dîner que je n’ai pas eu de compagnie depuis un certain temps, demanda-t-elle.

J’aimerais bien, mais seulement si tu me laisses faire la cuisine, répondis-je. J’ai appris à l’école comment faire un bon macaroni au fromage.

Deb s’est contentée de sourire et de s’asseoir à la table, le menton posé sur sa main, en me regardant marcher vers le garde-manger. Avec le recul, c’est seulement à ce moment-là que j’ai remarqué l’entaille blanche pâle autour de son annulaire, à l’endroit où se trouvait son alliance en diamant.

Préférence de la coquine : sodomie
Endroit de préférence pour le sexe : rendez vous au cinéma discrètement
Si votre petite copine se plein de votre manque d’expérience, je vous montrerais via webcam ou en réel comment faire pour la satisfaire.