“J’aime regarder Hilarie dans le jardin au printemps.”

“Tu aimes juste regarder son cul en short, Frédéric.”

J’ai pris le gloussement de mon beau-père comme une reconnaissance que j’avais raison. Je n’ai pas ressenti de malaise à son égard. Ma belle-mère, Belinda, n’était pas un objet de fantasme et se comportait de manière si primaire que je n’avais aucun doute sur le fait qu’elle était frigide.

Cela avait été confirmé par ma tendre épouse, Mélanie, qui, un soir, il n’y a pas si longtemps, avait mentionné que sa mère avait dit à quel point elle avait été heureuse de “renoncer enfin au sexe”. Mélanie avait déploré l’absence de sexe de son père, craignant que cela ne déstabilise le mariage ou ne le fasse paraître encore plus vieux qu’il ne l’était déjà.

“Et ce n’est pas comme s’il n’était pas intéressé”, avais-je convenu à l’époque, me souvenant de plusieurs fois où je l’avais vu regarder Hilarie.

La remarque de Mélanie m’avait mise plus que mal à l’aise. Ma Mags était encore un numéro chaud à 38 ans, après avoir élevé notre fils. La remarque de Mélanie sur son père et le sexe m’avait dérangé plus que je ne l’avais laissé entendre. L’inceste me mettait très mal à l’aise. Ajoutez à cela l’idée de l’infidélité et je savais que je devais prendre des mesures pour que Frédéric s’envoie en l’air.

Hilarie, la gouvernante du vieil homme voisin de Frédéric et Belinda, était beaucoup plus jeune – à peine 18 ans, selon moi. Cela faisait maintenant cinq semaines que nous étions en visite, Mélanie trouvant sans cesse des excuses pour prolonger notre séjour. Notre unique enfant était parti à l’université, se disait-elle, et ne devait pas rentrer avant la fin du mois d’avril, alors pourquoi se dépêcher de rentrer ?

J’ai été contraint de me mettre en invalidité, mes tremblements m’empêchant de faire l’outillage de précision que j’aimais tant. Les médicaments semblaient faire effet, mais j’avais encore un mois devant moi avant qu’on ne me laisse tenter un retour au travail. Ce long voyage en camping-car était exactement ce qu’il me fallait pour me changer les idées. De plus, Mélanie avait insisté pour que je passe quelques nuits dans des endroits isolés. Une fois qu’elle m’a réintroduit à la baise en plein air – un plaisir de jeunesse longtemps abandonné après que les parents nous aient obligés à rester à la maison – j’ai commencé à chercher des points de vue panoramiques déserts dans l’après-midi également.

C’est peut-être l’enthousiasme de Mélanie pour le sexe, en particulier le sexe en plein air, qui m’a fait penser qu’elle pourrait s’éloigner. “Je me demande si Hilarie aimerait faire l’amour sous une cascade”, me dis-je en pensant à mon dernier après-midi sur la route, avant que nous n’arrivions chez Frédéric.

Mélanie m’avait entraînée dans l’eau comme si nous étions à nouveau des adolescents, virevoltant jusqu’à ce que ses vêtements soient transparents. Je m’étais demandé si quelqu’un pouvait voir. Manifestement, elle s’en fichait. Au bout d’un moment, lorsqu’elle a baissé mon short, je ne m’en suis plus soucié non plus. Ses mamelons durs étaient comme des diamants contre ma poitrine. Elle n’avait pas perdu de temps pour les préliminaires, agissant avec une telle agressivité que si les sexes étaient inversés, je pourrais dire qu’elle m’a violé.

Sa langue occupait mes lèvres, empêchant tout refus ou même toute hésitation, tandis que ses mains arrachaient son propre short, puis, dans le même mouvement, écartaient sa petite culotte rose en dentelle, d’une taille choquante. Elle avait levé sa jambe droite avec toute la grâce que lui permettait une jeunesse de ballet suivie de récents cours de yoga. Son pied droit s’est accroché derrière ma jambe, me poussant plus près. Elle pressa sa jambe gauche, tordant son aine et s’empalant sur ma bite rigide. Elle utilisa son genou gauche comme une manivelle, faisant monter et descendre sa chatte le long de ma queue. Mon cul a raclé les rochers derrière moi plus d’une fois, mais j’aurais pu être ensanglanté et à vif sans m’en soucier. L’eau qui nous enveloppait avait rendu le temps insignifiant. Je ne sais toujours pas s’il s’est écoulé quelques minutes ou quelques heures avant que Mélanie n’atteigne l’orgasme en serrant une dernière fois les parois de son vagin autour de ma bite, rejetant la tête en arrière, ses cris étant noyés dans l’eau. Avant même que ses muscles ne se détendent, j’avais senti mon scrotum se resserrer sur mon aine, puis se relâcher lorsque ma semence avait jailli de ma bite, remplissant son utérus. Ensuite, nous nous sommes éclaboussés et avons joué dans l’eau comme des enfants, jusqu’à ce que nous nous effondrions, épuisés, et que nous fassions une sieste sur les rochers jusqu’au crépuscule.

Penser à ce sexe – aux orgasmes simultanés, soudains et précipités, à la chatte de Mélanie serrée autour de ma bite palpitante – tout en admirant Hilarie m’a fait bander. J’aurais pu rougir, gêné de me demander si Hilarie portait une petite culotte en dentelle rose. Heureusement, Frédéric regardait Hilarie de l’autre côté de la cour et j’aurais pu commencer à me branler avant qu’il ne s’en aperçoive. En réalisant cela, j’ai jeté un coup d’œil à Frédéric, qui était en fait en train de caresser son propre bourrelet à travers son pantalon en polyester bleu fluorescent.

“C’est une salope, tu sais, et une allumeuse”, a dit Frédéric.

“Qui ? Ma tête était encore pleine de Mélanie.

“Hilarie, bien sûr”, a répondu Frédéric. “Elle a pris le jeune Billy du country club pour un idiot – le menant en bateau, jusqu’à ce qu’il la surprenne en train de baiser Ramon, le barman, derrière le 17e tee un jour. Belinda pense qu’elle baise la moitié du lotissement, en particulier le vieil Amos Brown, dont elle s’occupe de la maison. Belinda dit qu’elle a vu Hilarie prendre un bain de soleil torse nu en plein milieu de la journée. Le vieil Amos ne travaille plus, alors il a tendance à boire du thé glacé à ce moment-là.”

“J’ai l’impression que Belinda a besoin de plus de loisirs, alors elle espionne moins les voisins. Et si Amos voulait baiser Hilarie sur la balançoire de son porche ? Après tout, il est veuf.”

“Tu as raison, il n’y aurait rien de mal à cela”, sourit Frédéric, “même si je préférerais qu’ils le fassent quand je suis là pour voir. Et je préférerais que ce soit Billy ou Ramon plutôt que le vieux et ridé Amos. Belinda, elle, pense qu’elle va se faire engrosser et forcer Amos à l’épouser pour son argent. Ou du moins le forcer à se marier.”

À ce moment-là, Hilarie s’est redressée après avoir préparé les parterres de fleurs pour la plantation et s’est tournée vers nous en nous faisant un signe de la main. Ses jeunes seins fermes, pas énormes, mais vifs, dansaient de façon ludique sans avoir besoin de soutien-gorge sous son débardeur moulant.

Malgré le signe de la main, Hilarie fit la moue en nous remarquant.

“Désolé”, ai-je dit. “Nous ne sommes que deux vieux mariés qui profitent de la vue. Nous ne voulions pas vous effrayer”.

Hilarie rit. “Non, je ne suis pas dérangée par le fait que vous me regardiez. C’est juste qu’aujourd’hui, c’est la Journée de la Terre, et j’ai l’habitude de célébrer la beauté de la nature en bronzant seins nus – je déteste les marques de bronzage, et même ici dans le Sud-Ouest, plus tôt dans l’année, il fait souvent trop froid. Mais je ne peux pas faire ça devant un public”.

“Ne nous laissez pas vous arrêter”, dit Frédéric.

“Que penserait Mme ?” Hilarie répliqua.

“Elle fait du shopping avec sa sœur. Cela prend toujours tout l’après-midi”. Frédéric répondit.

“D’accord, alors, mais ne fais pas sauter une valve, mon vieux”, s’esclaffe Hilarie, en remontant déjà son haut. Je ne sais pas ce qu’il en est de Frédéric, mais je sais que j’ai retenu mon souffle lorsque ces orbes gigantesques sont apparus.

“Tu aimes, hein ?” Hilarie est taquine. Sa poitrine s’est agitée pendant qu’elle parlait. Frédéric était toujours sans voix.

“Si tu ne veux vraiment pas de marques de bronzage, tu dois aussi enlever ton short. Je me suis choqué moi-même en disant cela.

Hilarie rit à nouveau, cette fois plus profondément, son ventre tremblant. “Et votre femme, Monsieur – hé – je ne connais même pas votre nom, vous savez… et vous êtes là, à regarder mes seins.”

“C’est Andy… comme dans Handy Andy”, dit une voix. Je connaissais cette voix. En me retournant, j’ai vu que Mags était sortie sur le pont de ses parents pendant que Frédéric et moi admirions Hilarie.

“Ne t’inquiète pas, ma chérie, cela ne me dérange pas”, poursuivit Mélanie en s’installant sur la balançoire de ses parents, exactement identique à celle qui se trouvait sur la terrasse d’Amos, juste à côté. “En fait, j’insiste.

“Si tu le dis”, répondit Hilarie en faisant glisser son short d’un mouvement souple. Si elle portait une culotte, elle a disparu avec le short. J’ai remarqué de légères lignes de bronzage autour de ses hanches, mais aucune sur le dessus. Peut-être que Frédéric avait raison et qu’elle était une allumeuse. Il restait à voir si elle était aussi une salope.

Une fois nue, Hilarie a pris la pose, les bras en arrière, le visage incliné vers le soleil. Elle se tourna lentement, s’imprégnant de la luminosité.

“J’aime le soleil”, cria-t-elle vers le ciel, tournant lentement, s’exposant aux rayons et à nos yeux. “La seule chose qui soit meilleure que de s’y prélasser, c’est d’y baiser.”

“Tu as tout à fait raison, ma chère”, ai-je été choqué d’entendre Mélanie dire. J’ai quitté Hilarie des yeux juste assez longtemps pour jeter un coup d’œil à ma femme. Non seulement ses mamelons étaient en érection, mais elle avait commencé à se frotter le ventre, le bout de ses doigts descendant entre ses cuisses, chaque coup se rapprochant du frottement de sa chatte à travers son short, même si son père n’était qu’à quelques mètres de là.

Une vérification rapide confirma que l’attention de Frédéric était rivée sur l’exhibition de Hilarie, et que le renflement de son pantalon le mettait sur un pied d’égalité avec sa fille. Pour confirmer l’égalité, sa main s’est déplacée et a pris le contour de sa queue. Puis il a commencé à frotter. Tel père, telle fille, me suis-je dit, sentant ma propre virilité gonfler.

J’ai cru sentir les yeux de Mélanie se tourner vers moi pour voir si je me caressais en signe d’appréciation de la célébration de la nature nue. C’était tout ce que je pouvais faire pour résister. Au lieu de cela, je suis resté là, priant pour que Frédéric décide bientôt de faire la sieste, afin que je puisse attraper Mélanie et la baiser. Je me demandais si elle me baiserait là, dans la balançoire du porche, et si cela ferait une différence pour elle que Hilarie soit toujours en train de prendre le soleil à côté.

Hilarie s’est arrêtée entre-temps, la tête toujours penchée en arrière, et a passé ses mains le long de son ventre, prenant chaque jeune sein ferme et bronzé dans une paume, les massant tandis qu’elle les baignait dans la lumière. Même à cette distance, on pouvait voir que ses tétons rouge cerise étaient en érection. Ils se sont accentués lorsque Hilarie a fait glisser l’ongle de son pouce sur les pointes.

“Pourquoi ne pas nous montrer à quel point tu aimes la baise en plein air, ma chère ? demanda soudain Mélanie, tandis que Hilarie saisissait ses tétons entre ses ongles peints et les éloignait lentement de son corps.

Cela m’a fait sursauter et Frédéric s’est détourné de la jeune beauté voisine suffisamment longtemps pour fixer sa fille, bouche bée. Mélanie avait glissé sa main libre à l’intérieur de son haut. Des mouvements circulaires sous le tissu suggéraient qu’elle imitait Hilarie, du moins pour ce qui était de masser le poids de sa chair. Son autre main était maintenant entièrement dans son entrejambe, le bout des doigts commençant à disparaître dans son short.

Hilarie rit au commentaire de Mélanie, ramenant rapidement notre attention dans sa direction. Elle avait laissé tomber ses mains sur ses hanches.

“Mais comment puis-je faire cela ? demanda Hilarie d’une voix simulant celle d’une fille, portant même son pouce à sa lèvre inférieure, la mordillant et faisant la moue.

Mélanie éclata de rire devant ce spectacle. On aurait dit que Frédéric allait péter les plombs. J’avais du mal à reprendre mon souffle. Ma bite était maintenant très dure, tirant sur mon short, et je me demandais jusqu’où Hilarie irait, et jusqu’où Mélanie la laisserait aller, bien qu’il semblait que Mélanie la propulsait vers l’avant plutôt que de la laisser fonctionner par inertie.

“Après tout, poursuit Hilarie, les seuls hommes ici sont ton mari et ton père, et ils sont tous les deux mariés, donc je suis sûre qu’ils ne voudraient pas….plus ce serait trop flippant, n’est-ce pas ?

“Je parie que l’un ou l’autre le ferait si on le leur demandait gentiment, et je ne le dirais pas.”

“Tu veux dire que tu laisserais même ton propre mari me baiser ?”

“Seulement dans l’intérêt de la science, comme un sujet de test que vous utiliseriez pour nous montrer à quel point vous aimez baiser à l’extérieur. Après tout, je sais qu’il n’apprécierait pas du tout”.

Mélanie m’a regardé, bien qu’elle ait eu du mal à détacher ses yeux des tétons érigés de Hilarie. Les yeux de ma femme étaient plus excités que je ne l’avais vu depuis des années. Sa langue glissait lentement sur sa lèvre inférieure. Malgré le fait que son père se trouvait à quelques mètres de l’endroit où elle était assise, elle avait les doigts enfoncés dans son short. Je l’avais regardée se masturber assez souvent pour m’imaginer son index et son petit doigt écartant ses lèvres, ce qui permettait aux deux doigts du milieu de pénétrer dans son vagin, tandis que son pouce roulait en dessous pour caresser son clitoris – une position qui pourrait être gênante si elle n’était pas aussi entraînée à le faire. Ses mamelons étaient aussi durs que ceux de Hilarie. Dans mon esprit, je les imaginais sur le point de déchirer le tissu fin de son débardeur, et la réalité n’en était pas loin.

Frédéric avait également détourné son regard de la jeune nymphette voisine lorsque Mags a commencé à parler, et il n’a pas pu s’empêcher de remarquer ce que faisait sa fille. Alors que ses yeux passaient de l’aine à la poitrine, sa main s’est instinctivement mise à frotter son sexe dur. J’ai été impressionné par le fait qu’une personne âgée puisse devenir si grosse si rapidement avec une simple stimulation visuelle. C’était un hommage à la qualité de la chair exposée, mais aussi quelque chose qui élevait le vieux Frédéric dans mon estime.

Mais au moins une partie de Frédéric n’avait pas besoin d’être rehaussée.

“Alors…” commença Hilarie, ses mains frottant le dessous de ses fermes melons, “pensez-vous vraiment que je devrais le faire ?”

Elle a refait son numéro de coquette, penchant la tête d’un côté et levant le pouce vers sa bouche, se faisant les dents sur l’ongle. Frédéric et moi l’avons regardée, puis nous nous sommes regardés l’un l’autre. Je parie que nous souhaitions tous les deux que ce soit notre bite qui se trouve à la place de ce pouce.

“Veux-tu te joindre à nous ?” Hilarie a demandé à Mélanie.

“Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. Mais d’abord, je veux me concentrer sur le fait que tu aimes ça.”

“D’accord, alors, je suppose…” Hilarie semblait encore plus hésitante. Je n’arrivais pas à savoir s’il s’agissait d’un flirt ou d’une perte de sang-froid. “…mais quel mec ?”

Confirmant qu’il n’y avait pas de doute sur l’identité du responsable, nous avons tous regardé Mélanie. Avant qu’elle ne réponde, Mélanie a sorti la main de son short, s’est levée et a enlevé son débardeur. Ses seins n’étaient pas aussi mûrs que ceux de Hilarie, ni aussi bronzés, mais ils étaient magnifiques pour son âge, et ses tétons sortaient comme des pouces.

J’ai réfléchi à la réponse que je voulais obtenir. Avant cette rencontre, je n’avais jamais sérieusement envisagé de baiser une autre femme. Pourtant, si Mélanie non seulement savait, mais me disait de baiser Hilarie, ce ne serait pas vraiment de la tromperie. Cela changerait notre mariage pour toujours. Jusqu’à présent, nous avions repoussé nos limites, nous étions de plus en plus audacieux, mais nous n’avions jamais impliqué directement d’autres personnes.

L’idée que Mélanie regarde son père baiser ce jeune était encore plus bizarre. J’ai juste eu le temps de me rendre compte que si je baisais Hilarie, Frédéric serait peut-être le seul à baiser sa fille. Elle n’avait jamais manifesté de penchant pour l’inceste, alors c’était assez choquant à envisager.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour décider de ce que je ressentais.

“Même si je ne fais que regarder pour l’instant, je ne devrais pas être le seul à avoir des marques de bronzage”, a annoncé ma femme, retardant sa désignation de l’heureux élu qui aurait Hilarie.

Dès qu’elle a parlé, elle a porté les mains à son short et l’a poussé rapidement sur la terrasse du porche, avant d’en sortir. J’ai remarqué que sa culotte était également dans la flaque à ses pieds. Son corps nu était exposé à la vue de tous. Elle s’est étirée, faisant ressortir ses seins à la lumière du soleil, se prélassant. Par coïncidence, peut-être, elle poussait ses seins directement dans la direction de Hilarie.

“J’adore le soleil”, cria Mélanie en levant les bras vers le ciel, faisant osciller ses juteux melons.

“J’espère que ta mère n’a pas entendu ça pendant tout le trajet jusqu’au centre commercial”, dit Frédéric, provoquant les rires de Mélanie et de Hilarie. Il y avait beaucoup plus de vie dans la vieille chèvre qu’il n’y paraissait.

Tandis que Frédéric parlait, Hilarie s’approcha de la clôture. Mélanie baissa les bras et se pencha en avant, les paumes sur la balustrade, qui lui arrivait à mi-cuisse. Elle a ainsi serré ses seins l’un contre l’autre, projetant vers Hilarie un monticule de décolleté surmonté de deux boutons brunâtres. Je crois que nous nous sommes tous les trois léchés les babines par anticipation.

Je ne sais pas si Frédéric retenait son souffle, mais moi, oui. Je pouvais entendre mon cœur s’emballer, pompant le sang dans ma bite, mes couilles se resserrant dans mon aine. Tous les doutes intellectuels ont été balayés par la luxure. J’ai mentalement exhorté Mélanie à se décider rapidement, avant que Hilarie ne change d’avis.

En détournant mon regard de la lente marche de Hilarie vers le portail séparant les cours et Mélanie, j’ai remarqué que Frédéric, qui n’avait probablement pas vu sa fille nue depuis la puberté, s’intéressait à son pubis. Mélanie n’aimait pas se raser, ni même se tailler. Sa touffe était naturelle, duveteuse et luisante d’excitation.

“Décidez…” J’ai entendu Frédéric marmonner sous sa respiration.

Pauvre homme. Je me demandais s’il était prêt à baiser Mélanie, ou si son anxiété n’était due qu’à son désir pour Hilarie. Aussi tendue que soit la pause, l’attente devait être dix fois pire pour lui. Si Mélanie lui disait de baiser Hilarie, le vieux s’amuserait comme un fou, avec des conséquences morales minimes – la perspective de tromper sa femme frigide n’était rien comparée au tabou d’injecter sa semence dans sa propre progéniture.

Peut-être que si Mélanie me donnait l’onction, il attendrait de pouvoir s’envoyer en l’air avec Hilarie, ou même, plutôt que d’attendre, il essaierait de participer à une double aventure. La pensée de Hilarie, allongée sur la balançoire du porche, moi poussant entre ses jambes alors qu’elle se retournait pour avaler la bite de Frédéric, me gardait raide alors que ma vue de sa nudité était temporairement protégée par la clôture pendant qu’elle déverrouillait le portail.

“Vous devriez vous déshabiller tous les deux”, dit Mélanie en faisant grincer les gonds. “Et papa, après notre plaisir, tu ferais mieux d’huiler le portail. On ne voudrait pas que maman se réveille s’il y a des aventures nocturnes au bord de la piscine dans les nuits à venir”.

Nous avons tous deux gloussé nerveusement et Frédéric a acquiescé. Je me suis demandé lequel d’entre nous, selon Mélanie, pourrait se faufiler jusqu’à la porte d’à côté.

“Bien sûr, la porte fonctionne dans les deux sens, ajouta Hilarie, je pourrais toujours passer sous ce porche.

J’ai soudain réalisé qu’elle se trouvait juste devant les escaliers et que je n’avais pas encore commencé à me déshabiller. J’ai jeté un coup d’œil à Frédéric, dont la chemise avait été jetée imprudemment par-dessus une balustrade, et j’ai vu qu’il était en train de défaire son épaisse ceinture blanche emblématique. Une seconde plus tard, son pantalon s’est étalé sur la terrasse du porche. Sa bite a immédiatement émergé de la braguette de son caleçon bleu fluo.

J’ai entendu une voix féminine gémir “Wow”. Je me suis rendu compte qu’il s’agissait de Mélanie. Le fait de provoquer cette réaction spontanée, même de la part de sa propre fille, démontrait que les ridicules jambes fuselées de Frédéric n’avaient aucune importance. Sa virilité était tout le muscle dont il avait besoin – deux fois plus épaisse que la mienne dans mon meilleur jour, et facilement aussi longue.

“Wow, en effet, il faut que je me procure un peu de ça”, approuva Hilarie, qui était maintenant à mi-chemin des marches. “Mais Mélanie, c’est à toi de décider avec qui je vais d’abord baiser en plein air. En supposant, bien sûr, que ton mari ait une arme tout aussi géniale, ou peut-être qu’il sache juste comment utiliser très bien ce qu’il a.”

Mélanie s’esclaffe. “Tu es si jeune et tu as déjà découvert que la taille compte, mais aussi l’endurance et le style. Ne t’inquiète pas, ma chérie, je ne peux pas parler de Frédéric, mais Andy est comme un bonbon”.

“Alors je veux le lécher comme une sucette”, dit Hilarie en adoptant une voix de petite fille. “Puis-je, s’il vous plaît, s’il vous plaît Mélanie ?”

“Ne mendie pas, ma chérie, il y a beaucoup de choses à faire”, dit ma femme en riant, tandis que je me remettais de ma distraction et me rappelais que j’étais le seul à être encore habillé. Sans penser à enlever d’abord ma chemise, j’ai rapidement poussé mon short sur le sol. Je suppose que j’ai dû avoir l’air assez ringard, mais j’ai vu à la façon dont la mâchoire d’Hilarie s’est ouverte que cela ne dérangeait personne.

“Tu vois ce que je veux dire”, reprend Mélanie. “Peut-être pas aussi grosse, mais bien assez longue. A moins que tu ne sois une plus grosse salope que tu ne le prétends, ça devrait remplir ta jeune chatte très bien”.

“Alors tu veux qu’Andy me baise ?” demanda Hilarie. Elle s’est figée sur les marches, ses orteils droits posés au-dessus du bord du pont comme une ballerine en position. “Au moins, qu’il me baise en premier ?”

Posée ainsi, même nue, elle paraissait plus jeune que son âge, et plus innocente que sa vantardise ne le laissait supposer.

Mélanie n’a pas répondu immédiatement. Comme Frédéric et moi, elle est restée là un moment, admirant la perfection de la silhouette de Hilarie et, maintenant qu’elle était plus proche, respirant ce mélange exotique d’odeurs féminines et d’excitation acidulée.

“Tu as raison, tu dois te débarrasser du reste de ces marques de bronzage. La Journée de la Terre n’est jamais arrivée aussi tôt”, dit Mélanie. “Après avoir célébré la baise en plein air, je pense que je me joindrai à toi, si tu es d’accord.

Hilarie se contenta de glousser, puis se rongea à nouveau l’ongle du pouce. Finalement, elle monta sur le porche. Elle semblait avoir retrouvé sa bravoure, écartant ses pieds plus que ses épaules, plantant un poing sur chacune de ses hanches minces, et poussant sa poitrine en avant.

J’ai jeté un coup d’œil à mon beau-père. Il sautillait légèrement, la bouche molle, un petit soupçon de bave au coin gauche, jusqu’à ce que sa langue passe sur ses lèvres. Il ressemblait à un lézard en train d’envisager un festin, à l’exception de l’érection géante de la canette de bière, qui aurait fait la fierté d’un T Rex. Je me suis rendu compte que n’importe quelle femme serait folle de ne pas vouloir le baiser, qu’importe l’inceste ou l’âge.

Mélanie était également en train d’admirer Hilarie, ce qui m’a fait comprendre que, tout comme baiser son père était logique dans cette situation étrange, si Mélanie voulait goûter à cette tendre friandise, cela découlerait naturellement du sort qu’elle avait jeté sur nous.

“Décider…” marmonna Frédéric sous sa respiration.

Si je pouvais l’entendre, Mélanie et Hilarie le pouvaient aussi. Dans la pause qui suivit, je craignis que l’anxiété de Frédéric ne rompe le charme, que les femmes ne reprennent leurs esprits et ne reviennent à un comportement correct, au lieu de s’encourager mutuellement à prouver qui aimait le plus baiser à l’extérieur.

“Tu peux prendre les deux en même temps ?” demanda finalement Mélanie avec une lueur d’espoir dans les yeux. Sa main était retombée sur son entrejambe, où elle caressait nonchalamment son clitoris.

Hilarie a l’air confus. “Tu veux dire dans ma chatte ? Je ne crois pas… que ce soit le cas.” La dernière phrase fut prononcée dans le style lent et emphatique de la génération d’Hilarie.

Mélanie gloussa. “Tu as d’autres trous.”

Frédéric se penchait lentement vers l’avant, son pied – toujours vêtu d’une chaussette blanche et d’une chaussure souple – s’apprêtant à faire un pas vers Hilarie. J’ai senti mon propre poids se déplacer.

“Je ne suis pas un enculé”, a dit Hilarie, avec une pointe de dureté dans sa voix que nous n’avions pas entendue auparavant.

“Dommage, c’est ma forme préférée de baise en plein air. Il y a quelque chose dans l’air frais qui fait ressortir la bête qui est en moi”, dit Mélanie.

Je regarde fixement ma femme. Nous étions ensemble depuis des décennies et le sexe anal était un plaisir rare, bien que je me sois soudain rendu compte que c’était elle qui en prenait l’initiative, pas moi, et que c’était généralement pendant les vacances ou d’autres occasions spéciales. Cependant, je ne me souvenais pas l’avoir fait à l’extérieur. Je me demandais si elle mentait pour aiguillonner Hilarie, ou si elle parlait d’un célibat lointain, ou si elle avait pris des amants à mon insu.

Cela avait l’avantage de me détourner de l’idée que Hilarie serait effrayée. Je n’aurais pas dû m’inquiéter. Hilarie gloussa de nouveau sur son ton de jeune fille et répondit : ” J’ai toujours voulu voir ce que ça fait d’essayer de faire une pipe pendant qu’on me baise “.

Elle fit une pause, rougit et regarda ses pieds. Quand elle a relevé la tête, elle a dit d’une voix douce. “En fait, pour dire la vérité, j’ai essayé une fois. J’étais à une fête de fraternité. Mon copain flirtait avec une pom-pom girl. Ils ont disparu, alors j’ai pensé qu’ils étaient dans une chambre quelque part en train de baiser. J’étais vraiment bourrée. Je me souviens d’avoir été sur une table, ma jupe relevée autour de ma taille, un joueur de football avec une bite molle essayant de rester dans ma chatte. Les mecs m’entouraient, m’enfonçant leurs bites dans la bouche. J’en ai léché quelques-unes, mais dès que j’ai essayé d’en prendre une dans ma bouche, j’ai vomi sur le pauvre type.

Nous avons tous ri. Alors que Hilarie se détendait, Frédéric s’est approché d’elle, son érection en tête, comme un mât à l’avant d’un défilé.

“Tu préfères essayer allongée sur la balançoire ou penchée sur la balustrade, avec une bite qui entre par derrière ? demande Mélanie, en s’approchant de la jeune femme et en lui prenant doucement la main.

Sa référence à “une bite” m’a rappelé que nous devions encore déterminer qui était à quelle extrémité. Je me tenais toujours à la même place depuis que Frédéric et moi avions remarqué Hilarie pour la première fois. Ma main caressait lentement ma bite. Bien que Frédéric soit beaucoup plus âgé que moi, je n’avais pas atteint le même état de dureté totale. Peut-être que le plaisir qu’il éprouvait à faire l’amour avec une jeune fille sans la présence de sa femme était plus pur que mes sentiments contradictoires, même si toute cette aventure était l’idée de Mélanie.

Mélanie conduisit Hilarie jusqu’à la balançoire et tint la main de la jeune fille tandis qu’elle s’installait en douceur sur le siège rembourré, toujours avec la grâce d’une ballerine. En chemin, elles sont passées près de Frédéric. J’ai remarqué que Mélanie et lui ont frissonné lorsque son téton droit a effleuré son biceps nu. Cette légère taquinerie accidentelle de la part de sa fille a fait rebondir la quéquette du vieil homme encore plus haut et plus droit. Hilarie gloussa à nouveau et s’approcha de lui pour lui donner une lente caresse le long de sa queue.

J’ai pu mieux apprécier ses seins et ses mamelons lorsqu’elle s’est approchée de moi et m’a dépassé. Je doutais que Mélanie, avec ses seins plus volumineux, ait jamais été aussi ferme, et ses seins n’avaient certainement jamais rebondi avec autant d’entrain. Contrairement aux nodules sombres de Mélanie, entourés de larges aréoles aplaties, les seins de Hilarie étaient couronnés de pointes dures comme des diamants, à peine soutenues par de petits cercles rouges, qui eux-mêmes s’efforçaient de sortir de la chair bronzée, et avaient une texture rugueuse qui criait “mordez-moi”.

C’était la première fois que je voyais de près l’arrière-train de Hilarie. Son cul était petit, et même si j’avais toujours aimé m’accrocher aux hanches de Mélanie, les avantages de l’athlétisme apparent de Hilarie se traduisaient par un cul bâti comme une étagère. Alors que je salivais en regardant le petit triangle blanc sur son derrière, je regrettais son refus de l’enculage, car c’était vraiment un cul qui criait “baise-moi”.

Mélanie s’est agenouillée sur la terrasse à côté de la balançoire et a chuchoté doucement à Hilarie. La main de ma femme effleura doucement les poils pubiens de la jeune fille. “J’aime l’aspect naturel, cela va parfaitement avec la baise en plein air”, dit-elle.

Hilarie a répondu par un miaulement de chaton.

Mélanie a caressé ce corps souple un peu plus que nécessaire pour l’installer, faisant preuve d’une ambiguïté sexuelle à laquelle je ne m’attendais pas. J’ai essayé de me concentrer sur la préparation de Hilarie par Mélanie, mais j’ai remarqué que Frédéric se rapprochait de la balançoire, son érection ouvrant la voie comme la proue d’un navire de guerre.

“Ta peau est si douce”, murmura Mélanie tandis que sa main caressait le duvet du ventre de Hilarie, remontant lentement vers les seins de la jeune fille, qui se gonflaient d’excitation à chaque contact.

“J’ai l’impression que je vais exploser si quelqu’un ne me baise pas bientôt”, gémit Hilarie.

En réponse, Mélanie a pris le mamelon droit de Hilarie entre le pouce et l’index, juste pour jouer, et a baissé la tête vers ce bouton rosé. Je n’arrivais plus à respirer. Comme beaucoup d’hommes, il m’arrivait de m’inventer une histoire porno, de fantasmer sur ma femme dans une scène lesbienne torride, mais je n’avais jamais pensé que j’en serais le témoin. J’ai reconnu le balancement des hanches de Mélanie comme un signe certain qu’elle était prête à baiser.

Tout en tétant cette jeune mamelle, Mélanie laissa sa main dériver le long du corps de Hilarie. Elle joua avec ce nid de riches cheveux blonds, posant presque avec désinvolture un doigt le long de la fente de Hilarie.

“Oh, tu es vraiment mouillée”, dit Mélanie en soulevant sa bouche juste assez longtemps pour passer à l’autre mamelon de Hilarie.

Ses doigts se promenèrent le long de la fente de la jeune fille, écartant les lèvres inférieures. Elle libéra le mamelon de sa bouche avec un petit bruit sec et passa lentement sa langue sur le ventre de Hilarie. Frédéric s’était arrêté. Lui et moi l’avons regardé avec un étonnement teinté de convoitise. Je me demandais à quel point cela devait être différent pour le vieil homme de voir sa fille aimer une autre femme. Je sentais que c’était plus bizarre que de voir sa femme goûter de la chatte pour la première fois – car je savais que c’était ce vers quoi on se dirigeait bientôt.

Mélanie n’a pas déçu. Sa langue a touché le clito de Hilarie juste au moment où son premier doigt s’est enfoncé dans le vagin de la jeune fille, ce qui a fait bondir les hanches de Hilarie sur le coussin. Mélanie ne manqua pas une occasion de sucer le bouton d’amour avec la même férocité qu’elle avait attaqué les mamelons de Hilarie, sachant à quel point il fallait tirer pour créer une intensité maximale sans douleur excessive. Les gémissements d’Hilarie se transformèrent en grognements rythmés. Si ses battements avaient la même signification que lorsque Mélanie se balançait de la sorte, une série de flashs pré orgasmiques s’accumulaient jusqu’à ce qu’elle atteigne son paroxysme.

“Niiiice…” Frédéric gémit à l’unisson du rythme de Hilarie, éliminant tout doute sur le fait qu’il avait traversé un mur d’inconfort à l’idée que Mélanie soit son enfant. Il a fait un pas de plus vers la balançoire.

Hilarie a tourné la tête vers nous. “Je crois que j’ai envie de baiser ton père maintenant”, dit-elle en passant doucement ses doigts dans les cheveux de ma femme. “A moins que tu ne veuilles qu’Andy commence”.

“Les deux à la fois, tu te souviens ?” J’ai dit, même si j’étais toujours figé sur place.

“Mais qui a le droit à quel bout ?” Hilarie s’esclaffe.

“Si tu penses que tu peux supporter la bite de papa dans cette petite chatte savoureuse, vas-y. Andy aime une bonne pipe autant que la baise, de toute façon”, dit Mélanie.

Sur ce, elle s’est mise à l’écart. Sans attendre, Frédéric s’approcha de la balançoire, la soutenant d’une main. La jambe de Hilarie est tombée sur le bord, ajoutant à la stabilité et écartant ses jambes pour que Frédéric puisse, un peu maladroitement, se tenir en équilibre sur le bord du siège.

Nous avons tous les quatre gloussé en réalisant que même sa bite monstrueuse ne pouvait pas l’atteindre tant qu’il se tenait au-dessus d’elle.

“As-tu l’équilibre nécessaire pour partager la balançoire avec moi, vieil homme ? Hilarie a lancé un défi. Elle se déplaça, le cul au bord du siège, incliné vers l’extérieur, tirant sa jambe gauche – celle qui se trouvait sur la balançoire – vers le haut afin de présenter une cible plus large, qui offrait un bon espace entre ses genoux.

Pendant ce temps, Mélanie tenait la main de Hilarie, mais elle a reculé et tendu son autre bras vers moi. J’ai mis ma main dans la sienne et je me suis avancé tandis que ma femme me guidait vers ma première fellation extra-conjugale.

“Frédéric ne porte pas de préservatif”, a dit Hilarie.

“Tu ne risques rien. Je suis sûre que papa n’a baisé personne d’autre que maman depuis des décennies”. Mélanie a répondu.

“Et même pas elle depuis des années.” Frédéric s’est interposé, alignant le bout de son outil entre les lèvres de Hilarie.

“Maman n’aurait jamais baisé, alors il doit être propre”. Mélanie poursuivit. “Pourquoi, pourrais-tu avoir quelque chose ?”

“Je n’ai pas baisé bareback depuis que j’ai commencé ce travail, et j’ai été entièrement testé dans le cadre de la sélection”.

Hilarie sourit gentiment. À ce moment-là, elle semblait si jeune et si innocente que l’idée qu’elle puisse aimer la baise en plein air, qu’elle ait même essayé la baise en plein air, semblait impossible à croire.

“Allez-y, alors. On dirait que vous êtes tous les deux en retard.”

Frédéric n’avait pas besoin d’être poussé plus loin. Il pensait à ce moment depuis que nous avions posé les yeux sur Hilarie lors de la Journée de la Terre – en fait, il était probablement fanatique d’elle depuis qu’elle était arrivée dans la maison voisine. Accroupi sur la balançoire, une jambe en équilibre précaire sur la plate-forme, il pénétra dans sa chatte avec un grognement, enfonçant toute sa longueur dans sa moiteur avec facilité.

Sa taille semblait la remplir. De ma position près de sa tête, je pouvais voir ses muscles abdominaux s’étirer, puis se contracter autour de sa masse. Ses hanches ont immédiatement commencé à se soulever du coussin en réponse, et ils ont rapidement trouvé un rythme. Leur baiser n’avait rien de doux. Chaque coup l’enfonçait jusqu’à la racine, puis il semblait qu’elle le recrachait, mais elle se servait de ses lèvres inférieures pour empêcher la tête de sortir complètement. Hilarie semblait alors aspirer la bite dans ses profondeurs.

“Tu souhaites avoir le bout en premier ? Mélanie m’a taquiné, voyant que je regardais fixement.

Elle a doucement fait glisser sa main le long de ma tige, renforçant ainsi ma dureté. Tous les quelques coups, ses doigts s’enroulaient autour de la tête et ses ongles parcouraient ma fente pisseuse, comme lorsque nous jouions avant qu’elle ne me suce. Je me suis souvenu qu’un jour, alors que Frédéric jouait au golf et que Belinda était au bridge, Mélanie m’avait sucé sur la balançoire, mais elle était restée assise sur le siège jusqu’à ce qu’elle glisse à genoux sur la terrasse, au lieu de rester allongée à se faire baiser.

“J’ai pensé que papa en avait plus besoin”, a ajouté Mélanie. “C’est à toi maintenant de faire une fellation. Ne t’inquiète pas, même si tu ne peux pas récupérer à temps, je suis sûre que Hilarie te baisera avant la fin de notre visite. Tant que je peux regarder, ça ne me dérange pas.”

Elle a pressé mes couilles pour insister. “Vraiment, je suis d’accord. J’adore baiser en plein air et j’aime le risque, mais je pense que j’aimerais encore plus regarder. Je verrai un tout nouvel angle sous lequel j’apprécierai ton amour de l’orgasme.”

J’ai remarqué que pendant qu’elle me parlait et caressait ma bite, ses yeux ne quittaient pas le couple qui baisait sur la balançoire.

Hilarie a regardé Mélanie dans les yeux, a souri et a dit : “Je suis prête.”

Ma femme saisit plus fermement ma bite et me rapprocha d’un demi-pas pour que je sois juste à côté de la balançoire, qui se balançait légèrement tandis que Frédéric continuait à baiser Hilarie. Mélanie s’est accroupie près de la tête de Hilarie et a synchronisé la balançoire de manière à ce que, lorsque Hilarie s’est approchée de nous, elle m’ait poussé vers le bas d’une main tout en soulevant la tête de la jeune fille de l’autre.

Frédéric n’a pas manqué un seul coup et les hanches de Hilarie ont continué à monter, ses muscles le trayant. J’ai soutenu la tête de Hilarie avec ma main gauche. Mélanie a tendu la main et a pris le sein gauche de la jeune fille, tenant toujours ma bite dans son autre main.

“Oh…mon…dieu…” Hilarie a gémi lorsque le bout de ma bite a glissé sur sa lèvre inférieure pulpeuse.

“Joyeuse Journée de la Terre”, a dit Mélanie en faisant rouler le mamelon de Hilarie entre ses doigts.

Lentement, je me suis penché en avant. Hilarie a d’abord embrassé mon extrémité, puis elle a rouvert les lèvres. Mon casque est entré dans la bouche de Hilarie, glissant sur sa langue en attente.

“Encore “, demanda Hilarie, sans que je sache si elle s’adressait à Frédéric, à moi ou aux deux.

Mélanie a relâché ma queue. Sa main libérée tomba immédiatement sur sa propre chatte. Elle ouvrit doucement ses lèvres, mais y inséra rapidement un doigt, puis deux autres. La poussée à trois doigts était une technique de masturbation familière. Ce qui est différent, c’est qu’en même temps qu’elle se baisait, elle se penchait pour lécher le mamelon d’une autre femme. De plus, son cul nu était exposé à l’extérieur, criant “baise-moi” si les voisins entraient dans leur jardin.

J’ai avancé d’un pouce, mais mes hanches ont continué à rouler, et toute ma tige était enfouie dans la bouche de Hilarie. Elle l’a prise comme une pro, aussi facilement qu’elle l’avait fait avec la bite de Frédéric.

“Alors, tu aimes la baise à double entrée ? demanda Mélanie, puis elle gloussa, aussi jeune fille que Hilarie. “Oh, je suppose que tu ne devrais pas essayer de parler la bouche pleine”.

Hilarie a incliné son menton de quelques centimètres en signe d’affirmation de son plaisir évident. La sensation de tiraillement resserra davantage mes couilles et je sus que j’étais sur le point d’exploser. Mes jambes commençaient à trembler par anticipation, ou à cause de la tension musculaire de mes genoux fléchis. À l’expression du visage de Frédéric, j’ai deviné que s’il n’injectait pas bientôt sa charge dans Hilarie, sa tête risquait d’exploser.

Mélanie et moi avons tourné la tête à ce moment-là et nous nous sommes regardés profondément dans les yeux. Nous avons hoché le menton à l’unisson, convenant silencieusement que nous aimions tous les deux ce nouveau chapitre de nos vies. Nos bouches se sont rencontrées à mi-chemin, et nous avons échangé un baiser qui faisait claquer les dents et tourner la langue. Lorsqu’elles se sont séparées, j’ai laissé ma langue taquiner la courbe où son menton rencontrait son cou. Alors que je suçais doucement sa peau douce, elle gémit, me tenant d’une main tandis qu’elle déplaçait l’autre du sein de Hilarie à sa propre chatte.

Le doux battement de la balançoire suivait le rythme de ma jambe tandis qu’Hilarie suçait intensément ma bite, pétrissant maintenant mes couilles de ses doigts délicats, mais je restais concentré sur ma femme.

Je pouvais sentir la vigueur avec laquelle Mélanie baisait sa chatte avec ses doigts tandis que je passais mes lèvres et ma langue le long de sa peau exposée. Elle a penché la tête en arrière, me donnant un accès complet à chaque centimètre de sa gorge. Tandis que je remontais lentement mes lèvres vers son oreille, j’ai déplacé ma main vers sa poitrine. Je lui ai mordillé le lobe de l’oreille en même temps que je passais mon pouce sur son mamelon. C’était tout ce dont elle avait besoin.

“Oh, yesssss…” a-t-elle gémi, rejetant la tête encore plus en arrière, fixant le ciel, son corps tremblant, suggérant qu’elle était la première d’entre nous quatre à connaître l’orgasme.

“Mieux que je ne l’aurais jamais imaginé…” marmonna Mélanie, le souffle court. Je me suis penché davantage et j’ai délicatement mordu son mamelon. Son bassin était toujours en train de pousser contre sa propre main alors qu’elle atteignait l’orgasme, des tremblements s’étendant de sa tête à ses orteils.

Ma bite était enfouie jusqu’à la garde dans la bouche chaude de Hilarie, et Frédéric baisait sa chatte plus profondément et plus rapidement à chaque coup. La balançoire heurtait mon genou de plus en plus intensément.

“J’y suis presque”, a marmonné Frédéric, en retirant presque complètement sa queue de la jeune chatte avant d’être aspiré à nouveau.

Hilarie essayait de se stabiliser, tout en continuant à se caresser le clito. Ce n’est qu’occasionnellement qu’elle laissait une main libre pour masser ma bite tandis qu’elle me léchait comme un cornet de crème glacée, puis m’enculait encore plus profondément.

Alors que Mélanie terminait une vague d’orgasme, je sentis sa main glisser dans mon dos.

“Il est temps pour Andy de rattraper son retard”, dit-elle.

Très doucement, elle a écarté mes fesses et a enfoncé lentement son pouce dans mon anneau anal. Une fois le choc initial de la pression passé, la sensation de sa poussée contre ma prostate était stimulante. Il n’en fallut pas plus pour que ma glu jaillisse en une rafale que je sentis sortir directement de mes couilles, à travers mon tuyau, et sortir de mon extrémité gonflée dans la gorge en attente de Hilarie.

Hilarie a refermé ses lèvres sur le haut de ma tige, juste sous l’arête inférieure de la tête. Sa langue chatouillait toujours le dessous de ma tige tandis que ses dents taquinaient la peau douce de mon champignon. Ses doigts trayaient mes couilles et elle continuait à sucer, avalant ma semence. Malgré ses efforts pour contenir mon explosion, un filet de blancheur s’écoula du coin de sa bouche.

Mélanie a prouvé qu’elle pouvait encore me choquer en se penchant et en léchant mon écoulement sur le menton de Hilarie. Elle s’est ensuite relevée, les lèvres brillantes. Elle s’est retournée et m’a embrassé, partageant mon propre goût avec sa langue.

C’est à ce moment-là que Frédéric a poussé plus fort avec son grognement le plus fort. Je ne sais pas si j’ai vraiment senti son orgasme inonder le jeune utérus de Hilarie, mais le frisson qui a secoué son torse donnait l’impression qu’elle avait été frappée par une brique plutôt que par un dépôt de liquide juteux.

“J’adore la baise en plein air. Nous nous sommes tous les quatre exclamés exactement la même phrase à l’unisson.

Frédéric était de la vieille école. Après avoir eu son orgasme, il avait fini. Il s’est effondré sur l’extrémité de la balançoire près des pieds de Hilarie, sa bite glissant sans effort hors de sa chatte détrempée. Sa taille massive diminuait déjà rapidement. Je me suis soudain demandé si Mélanie n’allait pas pousser le bouchon encore plus loin en léchant la queue de son père, ou peut-être même en nettoyant sa semence de la chatte de Hilarie.

Mais avant que nous puissions aller plus loin, nous avons entendu la porte d’entrée sonner. Belinda était rentrée tôt et à l’improviste. À côté, nous avons entendu la porte du garage. L’employeur de Hilarie était de retour. Le temps s’est écoulé rapidement.

Hilarie s’est précipitée à travers le portail et a plongé nue dans la piscine. Frédéric, Mélanie et moi avons attrapé nos vêtements.

Le temps que Belinda revienne sous le porche et nous demande si l’après-midi a été agréable, Frédéric et moi étions occupés à faire semblant de ne pas avoir de vêtements. Frédéric et moi étions occupés à faire semblant de ne pas regarder Hilarie, là où nous avions commencé. J’ai commencé à me demander si tout cela n’avait pas été qu’une fantaisie pour la Journée de la Terre.

Préférence de la coquine : branlette espagnole
Endroit de préférence pour le sexe : sous le bureau du patron
Je suis connectée au tchat webcam presque tous les soirs si vous voulez plus de précisions.